Un programme scientifique : la curiosité. Un critère de sélection : l’excellence.

Mission

allee_automneL’Institut des Hautes Études Scientifiques (IHES) a été fondé en 1958 à l’initiative de Léon Motchane. Cet industriel passionné de mathématiques avait l’ambition de créer un centre de recherche qui deviendrait le pendant en Europe du célèbre Institute for Advanced Study (IAS) de Princeton, États-Unis.
L’Institut s’est développé depuis sa création conformément à la vision de son fondateur : il est en effet devenu un point de référence dans la communauté scientifique internationale avec des succès indiscutables en mathématiques et en physique théorique. L’atmosphère de libre discussion entre scientifiques, quelle que soient leur spécialité et leur origine, est aussi devenue l’une des caractéristiques qui le rend attractif.


Sur le plan institutionnel, l’IHES bénéficie du statut de fondation reconnue d’utilité publique depuis 1981.

«Art. 1 : La Fondation dite « Institut des Hautes Études Scientifiques » a pour but de favoriser et de faire effectuer des recherches scientifiques théoriques dans les domaines suivants : Mathématiques, Physique théorique, Méthodologie des sciences de l’Homme, et de toute discipline théorique qui entretient des liens avec elles.»

«Art. 2 : L’action de la Fondation s’exerce principalement par la mise à disposition des professeurs et chercheurs de l’Institut, permanents ou chercheur invités, des ressources matérielles leur permettant de réaliser des recherches désintéressées : un centre comprenant des bureaux, salles de travail et de réunion et une bibliothèque, un centre de conférences, une cafétéria et une résidence permettant de loger les chercheurs de passage.»

(Extrait des statuts de l’IHES, 1958)

Le mot du directeur

« L’Institut des Hautes Études Scientifiques est un centre de recherche international en mathématiques et physique théorique. Sans contraintes d’enseignement, ni charges administratives, les professeurs et chercheurs invités y conduisent leurs recherches au plus haut niveau international en toute indépendance et dans la plus grande liberté.

Depuis sa création, l’IHES cultive l’interdisciplinarité et ce dialogue permanent entre mathématiciens et physiciens théoriciens a donné lieu à des échanges particulièrement féconds. Plus récemment l’IHES s’est tourné vers les mathématiques à l’interface de la biologie et les questions théoriques soulevées par les technologies de pointe.

Un nombre restreint de professeurs permanents et de chercheurs des grands organismes français (Collège de France, CEA et CNRS) est à l’IHES de façon continue. Scientifiques de tout premier plan, ils attirent chaque année près de 200 chercheurs invités qui profitent également de la grande concentration de mathématiciens dans l’environnement immédiat de l’Institut. L’émulation scientifique qui découle de l’interaction entre chercheurs de disciplines et pays différents contribue à la vitalité de la recherche fondamentale au niveau mondial.

L’originalité de l’Institut c’est aussi sa capacité à prendre des risques scientifiques et je veux remercier ici tous ceux qui nous ont aidés à défendre ce modèle rare. L’IHES poursuit ses efforts afin de fédérer de nouveaux partenaires autour de ce qui fait sa raison d’être et son succès : donner aux chercheurs les plus brillants ou les plus prometteurs la possibilité de parcourir les avenues intellectuelles encore inexplorées. »

Emmanuel Ullmo, mathématicien, directeur de l’IHES


institut-medailles

Un chiffre donne une idée du positionnement de l’IHES : parmi les dix professeurs qui ont été permanents à l’IHES, sept ont reçu la médaille Fields, la plus haute distinction mondiale en mathématiques :

  • René Thom (1958)
  • Alexander Grothendieck (1966)
  • Pierre Deligne (1978)
  • Alain Connes (1982)
  • Jean Bourgain (1994)
  • Maxim Kontsevich (1998)
  • Laurent Lafforgue (2002)

Prix et distinctions