La Fondation

L’IHES a été créé en 1958 à une période charnière de l’histoire du monde et des sciences. Léon Motchane, un industriel d’origine russe, est un passionné des mathématiques ; il soutient même une thèse à l’âge de 54 ans. Déterminé à offrir à des scientifiques d’exception un lieu propice à l’épanouissement libre de leurs recherches, il s’inspire du modèle de l’Institute for Advanced Study (IAS) à Princeton et créé l’IHES, dédié aux sciences théoriques, tant mathématiques que physiques, et à leurs interactions.

institut_histoire_fondation

Dès la fondation de l’Institut, Motchane s’assure du soutien emblématique de Robert Oppenheimer, alors directeur de l’IAS, qui rentre au conseil scientifique et y restera jusqu’à sa mort. Convaincus de l’intérêt du projet scientifique, les premiers contributeurs sont issus du public comme du privé, de la France, comme de l’étranger. Cette variété des soutiens de l’Institut reflète une vocation universelle qui ne s’est jamais démentie.

L’excellence n’est le privilège d’aucune nation et depuis plus d’un demi-siècle, l’IHES est un maillon de la chaîne mondiale de l’élaboration de la connaissance. L’Institut a été fondé pour des chercheurs – qu’ils soient permanents et invités – qui transcendent les frontières des mathématiques et de la physique théorique. Chaque année plus de 200 scientifiques du monde entier viennent effectuer des séjours de recherche à l’IHES.

Les directeurs de l’IHES

  • 1958 – 1971 : Léon Motchane, industriel d’origine russe, passionné de mathématiques, il est le fondateur et le premier directeur de l’Institut.
  • 1971 – 1985 : Nicolaas H. Kuiper, néerlandais, mathématicien
    Nicolaas Kuiper a montré dans ses recherches un goût prononcé ­pour la topologie et la géométrie sous beaucoup de formes, de la théorie des plongements aux systèmes dynamiques, de la théorie des flexaèdres à celle des plongements tendus.
  • 1985 – 1994 : Marcel Berger, français, mathématicien
    Géomètre riemannien à large spectre, Marcel Berger s’est notamment illustré avec le théorème du pincement 1/4, un des points de départ de la géométrie globale. Il a été président de la Société Mathématique de France de 1979 à 1981.
  • 1994 – 2013 : Jean-Pierre Bourguignon, français, mathématicien
    Ayant pour domaine de prédilection la géométrie différentielle, notamment dans ses relations avec les équations aux dérivées partielles et la physique mathématique, Jean-Pierre Bourguignon s’est tout particulièrement intéressé à la courbure de Ricci, tant dans ses aspects mathématiques que dans le rôle qu’elle joue en relativité générale.
  • Depuis 2013 : Emmanuel Ullmo, français, mathématicien
    Mathématicien, son domaine de recherche est la géométrie algébrique et arithmétique. Il est un ancien élève de l’École Normale Supérieure de Cachan (promotion 1985) et Docteur ès Sciences Mathématiques de l’Université Paris-Sud (1992).

Les présidents de l’IHES

  • Joseph Pérès, Institut de France (1958-1961)
  • André Grandpierre, Pont à Mousson (1961-1972)
  • Jacques Ballet, Esso Standard France (1972-1973)
  • Raymond Barre, Conseil général Banque de France (1973-1977)
  • Pierre Aigrain, Thomson (1977-1978)
  • Renaud de la Genière, Banque de France (1978-1985)
  • Marcel Boiteux, Électricité de France (1985-1994)
  • Philippe Lagayette, JP Morgan (1995-2014)
  • Marwan Lahoud, Airbus Group (depuis 2014)

L’histoire scientifique

Personnalités scientifiques de tout premier plan, les professeurs permanents de l’IHES en constituent l’ADN. De nombreux prix internationaux ont salué leur immense contribution à la connaissance scientifique.

1958Léon Motchane crée l’IHES.

alexander-grothendieck
Alexander Grothendieck

1959

Le Fondateur recrute Jean Dieudonné qui reste jusqu’en 1964 et travaille sur de nombreux domaines, de la théorie des groupes à l’analyse fonctionnelle.
Alexander Grothendieck rejoint également l’Institut. Médaillé Fields en 1966, professeur à l’IHES jusqu’en 1971, il renouvelle radicalement les fondements et les méthodes de la géométrie algébrique.

louis-michel
Louis Michel

1962

Arrivée de Louis Michel, premier professeur permanent en physique théorique et l’un des grands promoteurs de l’usage de la théorie des groupes en physique et l’étude des symétries. Il reste 30 ans à l’IHES.

rene-thom
René Thom

1963

René Thom (médaille Fields 1958) est recruté par Léon Motchane et reste à l’IHES jusqu’à la fin de sa carrière. Ayant apporté des contributions majeures en géométrie différentielle et topologie, il s’intéresse ensuite au rôle des singularités dans la morphogénèse, puis à la biologie théorique, à la linguistique et à la philosophie.

david-ruelle
David Ruelle

1964

David Ruelle* devient professeur permanent de physique. Il apporte nombre de contributions majeures et durables en théorie quantique des champs, en mécanique statistique ainsi que dans la théorie des systèmes dynamiques.

pierre-deligne
Pierre Deligne

1970

Pierre Deligne devient professeur permanent et poursuit l’édification de la géométrie arithmétique entreprise par Alexander Grothendieck. Il reçoit la médaille Fields en 1978 et quitte l’IHES en 1984.

dennis-sullivan
Dennis Sullivan

1974

Dennis Sullivan rentre à l’Institut où il reste jusqu’en 1997. Il créé des modèles algébriques pour les espaces topologiques et contribue à l’étude des systèmes dynamiques et à une approche topologique de l’hydrodynamique.

jurg-frohlich
Jürg Fröhlich

1978

Jürg Fröhlich devient professeur permanent et reste 4 ans. Il s’intéresse principalement à la théorie quantique des champs.

oscar-lanford-iii
Oscar Lanford III

1982

Oscar Lanford III arrive à l’IHES et reste 7 ans pour des travaux en théorie des systèmes dynamiques, notamment avec l’application à ces systèmes d’idées issues de la théorie du groupe de renormalisation. Il s’intéresse aux démonstrations assistées par ordinateur et est responsable des premières installations informatiques de l’IHES.

mikhael-gromov
Mikhail Gromov

1982

Mikhail Gromov* est recruté par l’IHES. Depuis plus de trente ans à l’Institut, il transforme complètement la géométrie. Il reçoit – entre autres – le prix Kyoto (2002) et le prix Abel (2009).

jean-bourgain
Jean Bourgain

1985

Jean Bourgain rejoint l’Institut et travaille sur les espaces de Banach, l’analyse harmonique et la théorie ergodique. Il reçoit la médaille Fields en 1994 avant de rejoindre l’IAS cette même année.

thibault-damour
Thibault Damour

1989

Thibault Damour* devient professeur permanent. Il travaille sur la gravitation relativiste, la cosmologie et les nouveaux concepts de la gravitation. Spécialiste d’Einstein, il a reçu de nombreuses récompenses, comme la médaille Einstein en 1996 et le prix Amaldi en 2010.

maxim-kontsevitch
Maxim Kontsevitch

1995

Maxim Kontsevitch* arrive à l’Institut. Il appartient à une nouvelle génération de mathématiciens qui ont su importer dans leur discipline les points de vue de la physique quantique, ouvrant des perspectives radicalement nouvelles. Il reçoit la médaille Fields en 1998 et de nombreux prix par la suite, le prix Crafoord (2008), le prix Shaw (2012), et deux Breakthrough Prizes en physique fondamentale (2012) et mathématiques (2014).

laurent-lafforgue
Laurent Lafforgue

2000

Laurent Lafforgue* rejoint l’Institut ; deux ans plus tard, il reçoit la médaille Fields. Ses travaux sont une avancée dans le programme de Langlands. En 2000 également, Nikita Nekrasov devient professeur permanent de physique. Spécialiste de la théorie des cordes, il reste 12 ans à l’Institut.

vasily-pestun
Vasily Pestun

2014

Jeune physicien, Vasily Pestun* est recruté comme professeur permanent. Il travaille dans le domaine de la théorie quantique des champs et la théorie des cordes. En 2016, il reçoit le prix Hermann Weyl.

hugo-duminil-copin
Hugo Duminil-Copin

2016

Hugo Duminil-Copin* devient professeur permanent. Probabiliste, ses travaux ont aussi un impact en physique mathématique, analyse complexe et combinatoire.

* Professeur actuellement à l’IHES